Non recevable

05 Dec
2017
Revenir aux projets

Les Tables de Sèvres

Description

Statut : projet non éligible
CONTEXTE : L’alimentation est un vecteur d’identité et de communication. La socialisation par la nourriture est un phénomène puissant sur le plan psychique, culturel, social et physiologique. De nombreux habitants de Sèvres viennent de pays étrangers ou sont issus de cultures étrangères. Pouvoir revendiquer la nourriture de ses origines, ses particularités, la partager avec ses amis à l’école, avec ses amis à la maison, en parler, l’étudier, la valoriser sont autant de facteurs d’intégration sociale. Cela contribue au développement de la notion de plaisir qui naît par exemple autour de la confection puis de la dégustation des gâteaux d’anniversaire, des échanges entre enfants lors de leurs goûters, ou de la sociabilité festive des adolescents ou des adultes.
S’intéresser à l’alimentation, c’est s’intéresser à la famille, élément structurant des communautés et de la cité.
LE PROJET : Dans une ville où est valorisé l’enseignement des langues étrangères, connue pour ses arts de la table (manufacture), voici un projet qui fait sens en connectant ses valeurs, son histoire et son avenir. Il permet de créer des rendez-vous hebdomadaires pour animer la ville, devenir une destination du week end pour sévriens et foodies du 92 et de Paris.
LA DEMARCHE : VALORISER les cuisines des nationalités des habitants de Sèvres – italien, anglais, grec, marocain, arménien, syrien, japonais, etc POUR RASSEMBLER, partager et découvrir des cultures par les codes alimentaires qui sont de véritables clefs de compréhension sociale et d'intégration.
COMMENT : Création de brunchs (samedi et dimanche) organisés dans un lieu du centre-ville. Les thématiques culinaires à partir des origines des habitants de Sèvres feront également l’objet d’ateliers pour enfants, de conférences sur la culture culinaires des pays, des expositions photographiques, des projections de films (ex : Les Délices de Tokyo/ Le dabba de Stanley) en relations avec le SEL, des déjeuners à l’école primaire ou à la maison de retraite, etc.
AUTRE BENEFICE : Créer des rendez-vous hebdomadaires pour animer la ville et faire venir des foodies des villes voisines!
LES MOYENS, 2 configurations possibles économiques. Soit une cuisine professionnelle- à monter en partenariat avec des fournisseurs de matériels dans un lieu mis à disposition par la ville/ soit en utilisant un espace existant (normes HACCP) qui accepte de libérer son lieu 2 jours par semaine (location avec les revenus des 2 brunchs). Une équipe réduite : un coordinateur (chef de projet)/ un parrain annuel chef de cuisine ou pâtissier/ l’équipe culturelle de Sèvres/ une équipe de cuisinières et cuisiniers recrutés dans Sèvres selon un planning annuel thématique déterminé 8 mois à l’avance.

LA MECANIQUE DU PROJET : 2 brunchs hebdomadaires + conférences trimestrielles+ projections de films+ expositions + lecture (selon une programmation rythmée et variée)

Conférences exemple/ Le goût des autres. La consommation alimentaire est un fait social ou culturel, réglée par les coutumes et les traditions. De même qu’il varie dans l’espace, d’un peuple à un autre peuple, le goût varie aussi dans le temps. La spécificité du goût renvoie à cinq saveurs. L’umami, typiquement japonais, signifie "goût savoureux", le salé, le sucré, l’acide, l’amer, ….
Exposition exemple/ L’histoire des interdits alimentaires
Selon les époques les hommes n’ont pas aimé ou rejeté les mêmes aliments. Réputés immangeables aujourd’hui, cygnes, hérons, cigognes étaient au Moyen-âge servis à la table des princes. Le bœuf était autrefois réputé viande grossière, tout juste bonne pour l’estomac robuste des hommes de labeur,…

Commentaire du jury :

Budget dépassant les 30 000 €.

Périmètre du projet

Les Bruyères

Évaluation du coût du projet

0 €